Les contrats dans le football

Sport Business Academy > Agent sportif  > Les contrats dans le football
les contrats dans le football

Les contrats dans le football

Les contrats dans le football :  les  8 clauses les plus étranges

 

En 2016, Football Leaks a révélé les clauses les plus obscures et les plus déroutantes dans les contrats des joueurs et certaines clauses de contrats de football plutôt intéressantes ont été mises au jour. Par exemple, les clauses du contrat de Raheem Sterling se sont retrouvées dans le domaine public.

 

Les clauses des contrats de football sont courantes lors de la négociation d’un accord entre le club et le joueur. Elles incluent souvent une indemnité de libération minimale ou, peut-être, une clause stipulant que le joueur recevra un pourcentage de ses futurs frais de transfert s’il est vendu. Voici quelques-unes des clauses les plus courantes qui sont présentes dans presque tous les contrats de football.

 

Clauses types des contrats de football

 

  • La clause de libération

 

La clause de libération est l’une des clauses les plus simples des contrats de football. Elle stipule que si un autre club offre un montant égal ou supérieur au montant indiqué, il doit l’accepter. Si un rival fait une offre correspondant à la clause de libération du joueur, le club du joueur doit automatiquement accepter l’offre et donner au joueur l’autorisation d’entamer des négociations avec la partie intéressée.

 

En Espagne notamment, il est devenu courant d’insérer d’énormes clauses de libération dans les contrats des joueurs vedettes. Lionel Messi aurait une clause de rachat de 250 millions d’euros, tandis que Cristiano Ronaldo aurait eu une clause de rachat d’un milliard d’euros pendant son passage au Real Madrid.

 

  • La clause de rachat

 

Une autre des clauses des contrats de football couramment insérées est la clause de rachat. Celle-ci désigne une clause spécifique que le club vendeur peut payer s’il souhaite ramener le joueur à une date ultérieure. Ce type de clause de contrat de football est surtout utilisé lorsque le club vendeur estime que le joueur a le potentiel pour valoir plus à l’avenir. Il peut ainsi racheter le joueur à un prix inférieur à sa valeur marchande. Parfois, ils le font pour étoffer leur propre équipe ou, parfois, dans le but de vendre le joueur immédiatement pour un profit immédiat. Plus récemment, la clause de rachat a été utilisée pour contourner le fair-play financier européen. Cela se fait en vendant un joueur à un prix élevé (souvent surévalué) avec une clause de rachat dans le contrat. De cette façon, le club vendeur dispose de beaucoup de “nouveaux” transferts d’argent, mais est en fait obligé de racheter le joueur quelques années plus tard.

 

  • Clause de Pourcentage de la prochaine vente

 

Lorsqu’elles vendent un jeune joueur, les équipes fixent souvent un pourcentage sur la prochaine vente par le biais de clauses contractuelles. Elles ont ensuite droit à un montant spécifique des frais de transfert du joueur lors de son prochain déplacement. C’est une clause intéressante à insérer dans les contrats des jeunes joueurs  qui peuvent ou non réaliser leur potentiel dans le jeu.

 

Cependant, toutes les clauses des contrats de football ne sont pas aussi simples que celles-ci. Examinons huit des clauses de contrat de football les plus étranges jamais négociées.

 

8 Clauses contractuelles bizarres sur le football

  1. Mario Balotelli – Clause de bonne conduite

 

Tout le monde sait que Mario Balotelli a la réputation d’être un “enfant terrible”. C’est la principale raison pour laquelle l’AC Milan l’a déchargé en 2014.

 

Après le départ de Luis Suarez de Liverpool pour Barcelone, les Rouges ont décidé de prendre un risque en signant l’Italien comme remplaçant. Pour s’assurer que Balotelli ne s’écarte pas du droit chemin, Liverpool a ajouté une clause de renonciation dans son contrat, stipulant qu’il devrait quitter le club s’il le faisait.

 

L’Italien n’a marqué que 4 buts en 28 matches et, à la fin de la saison, il a été jugé par beaucoup comme l’un des pires signataires de l’année. Le jeune homme de 29 ans a déménagé à Nice en 2016 après un prêt à l’AC Milan.

 

  1. Dennis Bergkamp – Clause volante

 

Dennis Bergkamp a quitté l’Inter Milan pour Arsenal en 1995, ce qui s’est avéré être l’un des plus grands transferts de l’histoire d’Arsenal. Il a ensuite marqué 87 buts pour le club.

 

Bien qu’il soit sans aucun doute l’un des plus grands attaquants  de l’histoire de la Premier League, Bergkamp avait un défaut : il souffrait de la peur de l’avion et refusait de voyager en avion. De toute évidence, le Royaume-Uni étant une île, cela a créé des problèmes avec les matches à l’extérieur en Europe. Il avait donc des clauses de contrat de football stipulant qu’il n’aurait pas à voyager avec le club lorsque l’avion était la seule option. Bergkamp a quand même passé onze saisons avec les Gunners et, finalement, il est devenu une légende du club.

 

  1. Luis Suarez – Clause de morsure

 

Luis Suarez a rejoint le FC Barcelone en 2014 et les Blaugranas, selon Football Leaks, ont payé près de 70 millions d’euros pour l’attaquant. Lors de la Coupe du monde 2014, Suarez a mordu l’Italien Giorgio Chiellini dans l’un des incidents les plus bizarres de l’histoire du football.

 

Étonnamment, ce n’était même pas la première fois que l’international uruguayen mordait un autre joueur. Alors qu’il jouait à l’Ajax en 2010, il a été suspendu pour sept matches pour avoir mordu l’épaule d’Otman Bakkal du PSV Eindhoven.

 

C’est pourquoi le FC Barcelone aurait ajouté une clause “ne pas mordre” à son contrat. Bien que le président du FC Barcelone, Josep Maria Bartomeu, ait depuis nié l’existence d’une telle clause.

 

  1. Giuseppe Reina – Clause Lego House

 

L’attaquant allemand Giuseppe Reina a signé pour l’Arminia Bielefeld en 1996 avec un contrat qui stipulait que le club devait lui construire une nouvelle maison chaque année où il était au club. Étonnamment, le club a accepté avec joie ces exigences scandaleuses. Mais pourquoi ?

 

Eh bien, l’attaquant aurait peut-être dû engager un meilleur avocat pour stipuler les détails du contrat. Le type ou la taille de la maison n’a apparemment jamais été précisé, si bien que le joueur s’est retrouvé avec une maison modèle en Lego chaque saison où il jouait pour l’Arminia Bielefeld. Bien que tromper ses joueurs ne soit peut-être pas le meilleur moyen de les rendre heureux, c’est le club qui a eu le dernier mot.

 

  1. Matija Nastasic – Clause de botte Adidas

 

L’ancien défenseur de Manchester City, Nastasic, a signé pour Schalke 04 en 2015 et le club a inséré dans son contrat une clause stipulant qu’il ne pouvait porter que des bottes Adidas.

 

Les clubs signant leurs propres contrats de sponsoring lucratifs avec des fabricants de vêtements, de telles clauses contractuelles ne sont pas rares dans le football. Cependant, selon Football Leaks, le défenseur  serbe disposait d’une exemption spécifique dans son contrat.

 

“Si le joueur prouve à Schalke 04 qu’il ne peut pas porter de chaussures Adidas pour des raisons médicales, il est autorisé à porter des chaussures d’une autre marque. Dès que cette preuve n’est plus donnée, le joueur jouera et s’entraînera avec des chaussures Adidas”.

 

Sans surprise, Nastasic a rapidement pu obtenir une exemption médicale et a ensuite porté des bottes Nike pendant son séjour à Gelsenkirchen.

 

  1. Stefan Schwarz – Clause d’interdiction de vol dans l’espace

 

Lorsque Stefan Schwarz a signé pour Sunderland en 1999, le club a bizarrement inséré une “clause spatiale” qui stipulait que s’il devait voyager dans l’espace, son contrat deviendrait totalement invalide.

 

Vers le millénaire, on pensait que les premiers vols commerciaux de passagers seraient lancés en 2002. Le milieu de terrain suédois avait exprimé à plusieurs reprises sa fascination pour l’espace et son désir de participer à l’un de ces vols, mais la direction de Sunderland était naturellement réticente à l’idée de le faire. C’est pourquoi ils ont ajouté une clause très spécifique à l’accord : aucun vol spatial, quel qu’il soit !

 

  1. Samuel Eto’o – Clause sur les jets privés

 

Eto’o a fait un changement surprenant en quittant l’Inter Milan pour rejoindre le club russe Anzhi Makhachkala en 2011. Il a signé un contrat de trois ans qui fait de lui le joueur le mieux payé au monde, avec un salaire de près de 22 millions d’euros par saison.

 

Dans son contrat, l’ancien international camerounais a inclus une clause de jet privé, stipulant que le club devait lui permettre de voyager en jet privé. La raison ? Eto’o voulait vivre dans la ville plus attrayante de Moscou plutôt qu’à Makhachkala et exigeait que le jet privé le transporte de et vers son domicile.

 

  1. Ronaldinho – Clause de boîte de nuit

 

Lorsque vous entendez “clause de boîte de nuit”, vous pourriez penser qu’il s’agit d’une disposition interdisant à Ronaldinho d’aller en boîte. Mais en réalité, c’est le contraire qui s’est produit.

Il est bien connu que Ronaldinho a aimé faire la fête durant sa carrière et de nombreux analystes pensent que le Brésilien n’aurait pas pu être meilleur si ce n’était pas le cas.

En 2011, lorsqu’il a rejoint Flamengo en provenance de l’AC Milan, il s’est inspiré des paroles des Beastie Boys : “Il faut se battre pour son droit à faire la fête”.

Ronaldinho a exigé que son contrat avec Flamengo contienne des clauses qui lui permettent d’aller en club deux fois par semaine sans avoir à payer d’amende ou d’autres répercussions.

Si cet univers vous passionne, il convient de l’aborder de manière professionnelle.

 

Une formation exigeante au métier d’agent sportif de football vous permettra de créer les analyses du football de l’avenir.

 

Notre ingénierie pédagogique vous permettra de transformer votre passion en un métier.

Nous suivre:
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram