Gestion de patrimoine des footballeurs : pourquoi se retrouvent-ils fauchés ?

Sport Business Academy > Patrimoine  > Gestion de patrimoine des footballeurs : pourquoi se retrouvent-ils fauchés ?
gestion de patrimoine des footballeurs

Gestion de patrimoine des footballeurs : pourquoi se retrouvent-ils fauchés ?

Gestion de patrimoine des footballeurs : un iceberg financier

&nbsp

La gestion de patrimoine des footballeurs est le sujet le plus sensible qui touche l’univers du sport professionnel

C’est l’épidémie invisible : les jeunes, les riches et les célèbres joueurs finissent sans argent. Enquête sur la façon dont les excès, la dépendance et le divorce conduisent les anciens millionnaires à la ruine financière.

 

Un footballeur qui a joué pour trois des plus grands clubs du jeu sanglote après avoir appris qu’il va bientôt faire faillite. Le président d’une équipe de Premier League soupire, avant d’accorder à son capitaine une dernière avance sur son salaire après une nouvelle défaite coûteuse à la table de roulette. Dans un tribunal, un joueur plaide auprès d’un juge pour qu’il réduise la pension alimentaire de ses enfants après avoir gaspillé sa fortune.

 

Ce ne sont pas des intrigues tirées d’un épisode de Footballers’ Wives, mais des histoires réelles qui se déroulent dans la vie privée de trois joueurs qui jouent actuellement dans le football anglais. Quarante pour cent d’entre eux souffrent de problèmes financiers au cours de leur carrière, puis à la retraite. Mais alors que le salaire annuel moyen d’un footballeur de Premier League, de Ligue 1 ou de Série A est si élevé, comment diable tant de personnes peuvent-elles connaître des périodes difficiles ? La gestion de patrimoine des footballeurs est un véritable enjeu.

 

Pour certains, les problèmes commencent avec la montée d’adrénaline que provoque la signature de leur premier contrat professionnel. Un joueur de Liverpool a récemment déchiré l’enveloppe de son premier salaire et s’est rendu directement chez un concessionnaire automobile près du terrain d’entraînement du club de Melwood. Il a accepté d’acheter une Range Rover toute neuve sur financement, pour découvrir plus tard qu’il n’avait pas les moyens de rembourser.

 

Liverpool a été informé de son erreur et a fait appel à Peter Fairchild, un conseiller fiscal pour clients privés qui offre des conseils financiers sur la question de la gestion de patrimoine des footballeurs pour les candidats à l’académie dans les clubs de Premier League et de Football League, pour s’asseoir avec le joueur. “Il s’est trompé entre son revenu net et son revenu brut”, explique M. Fairchild. “J’ai dû lui dire ce qu’il allait gagner après que le fisc lui ait pris sa part. Heureusement, nous avions une bonne relation avec le garage en question et ils étaient prêts à reprendre la voiture”.

 

M. Fairchild estime que la pression des pairs joue un rôle important dans les erreurs financières commises par les jeunes joueurs. “Ils voient une flotte de voitures brillantes sur le terrain d’entraînement et ne veulent pas être vus au volant d’une Fiat Punto”, poursuit-il. L’ancien prodige d’Everton Danny Cadamarteri a fait ses débuts à 17 ans et a vécu une expérience similaire dans le parc Stanley. “J’ai vu de riches joueurs acheter leurs sacs de lavage design et de nouvelles voitures et j’ai senti que je devais les suivre”, dit-il. “Il est facile de se laisser prendre au jeu”.

 

Ses indulgences de jeunesse semblent assez insignifiantes comparées à celles d’une star de la Premier League dans les livres d’un club londonien. Le jeune homme de 24 ans gagne, selon les rapports, 35 000 euros par semaine, mais il a du mal à joindre les deux bouts à la fin du mois, ayant accepté de verser de beaux salaires à sa famille, ses amis et ses connaissances, qui exercent diverses fonctions au sein de son entourage.

 

Gestion de patrimoine des footballeurs : les mauvais investissements

 

Pour les grands joueurs de football, les vrais amis peuvent être difficiles à trouver. Les agents sportifs, les conseillers financiers et les hommes d’affaires cherchent souvent à se lier d’amitié avec les joueurs avant de leur promettre de multiplier leurs gains en échange d’investissements importants. “À un moment donné, j’avais devant moi 30 offres de différentes personnes”, raconte l’ancien attaquant de Manchester United, Everton et des Spurs, Louis Saha. “Quand on est joueur, on n’a pas le temps de faire ses recherches correctement et de déterminer à qui faire confiance. Il est difficile de dire : “Non, je ne veux pas investir”.

 

Ce jeune homme de 38 ans a fait l’expérience directe d’avoir été brûlé par de mauvais conseils financiers. Il y a quelques années, on l’a persuadé d’investir de l’argent dans un système géré par une banque britannique, qui promettait de récupérer l’impôt s’il investissait dans certaines entreprises technologiques. Les dividendes ne se sont pas matérialisés. “J’ai fini par perdre une somme à six chiffres”, reconnaît Saha. “Après cela, j’ai commencé à m’inquiéter pour l’argent, je savais que je devais être plus prudent.”

 

Il n’est pas le seul à être tenté par des combines à l’allure lucrative. Un footballeur de Premier League a failli perdre 112 000 euros dans un projet immobilier au Maroc qui lui avait été recommandé par un coéquipier.

 

“Je lui ai dit de chercher l’endroit sur Google Earth, il ne savait même pas où c’était”, raconte Fairchild. “Pour s’y rendre, il fallait prendre l’avion jusqu’à Marrakech, puis un autre vol intérieur, suivi d’un trajet de trois heures en voiture jusqu’à l’endroit en question. Je lui ai dit : “Comment allez-vous y envoyer votre main-d’œuvre et vos matériaux de construction pour commencer ? Il n’a pas investi, mais d’autres l’ont fait et ont perdu de l’argent”.

 

L’éducation est la clé de la prospérité à long terme. L’ancien défenseur des Spurs Ramon Vega a obtenu un diplôme en banque et finance pendant ses années de formation en tant que joueur professionnel en Suisse. Depuis sa retraite en 2004, il a gagné plus de 75 millions d’euros en tant que fondateur de la société Vega Swiss Asset Management, basée à Londres.

 

“J’ai eu la chance d’avoir une bonne éducation en Suisse”, dit-il. “Je parle cinq langues, alors je négociais des contrats de location avec des agents immobiliers britanniques pour certains de mes coéquipiers étrangers. Les clubs doivent donner aux joueurs une éducation financière”.

 

Certains essaient de le faire. Fairchild a visité plus de 35 équipes et donne aux adolescents talentueux des conseils de base pour jeter les bases d’une gestion de patrimoine saine pour les footballeurs. “Je leur dis que ce qu’ils voient sur leur contrat n’est pas ce qu’ils verront sur leur compte en banque”, dit-il. “Ils vivent dans la bulle d’une académie, et sont donc choqués d’apprendre qu’ils ne toucheront peut-être que la moitié de leur salaire après impôts et cotisations à l’assurance nationale”.

 

Il encourage les joueurs à diviser leur salaire en trois pots. “Le premier pot est destiné à couvrir les frais de subsistance, comme le loyer et les voitures”, explique-t-il. “Le deuxième pot est destiné à l’épargne qui doit être confiée à un conseiller de confiance pour qu’elle fructifie – s’ils placent 1 000 euros par mois dans des obligations pendant 18 mois, ils auront une somme plus importante à verser sur un dépôt de garantie pour la maison. Le troisième pot est destiné aux dépenses, ils sont jeunes et devraient s’amuser”.

 

Mais les conseils les plus judicieux peuvent toujours tomber dans l’oreille d’un sourd. Les lumières des casinos et la satisfaction instantanée des applications de paris continuent de prouver la chute des joueurs aux comptes bancaires gonflés. Dans son livre Comment ne pas être un millionnaire du football, l’ancien joueur de Manchester United Keith Gillespie a révélé qu’il a gaspillé près de 8 millions d’euros au travers des jeux d’argent avant d’être déclaré en faillite en 2010.

 

John Hartson a évité de justesse le même sort. Il avait accumulé plus de 336 000 euros d’arriérés de paiement avant de signer un accord individuel volontaire, qui lui permettait de rembourser progressivement chaque livre sterling due à une longue liste de créanciers. Michael Chopra et Matthew Etherington ont également perdu des sommes considérables avant de se rendre dans des cliniques de traitement de la dépendance au jeu. Une étude menée par la Fédération des joueurs professionnels en 2014 a révélé que les footballeurs sont trois fois plus susceptibles d’avoir des problèmes de jeu que la population moyenne, mais pourquoi ?

 

Seul et en danger

 

La gestion de patrimoine des footballeurs prend de sérieux coup lorsque le joueur est confronté à l’addiction des jeux.

 

Les machines à sous clignotantes et le sympathique jeu des croupiers peuvent souvent réconforter les joueurs, qui se sentent seuls après avoir rejoint un nouveau club à des centaines de kilomètres de leur famille et de leurs amis. Un ancien footballeur de Premier League qui ne souhaitait pas être nommé, se souvient d’avoir cherché un refuge dans ses bookmakers locaux.

 

“J’ai été prêté au QPR et c’était la première fois que je vivais loin de chez moi”, dit-il. “Je ne connaissais personne à Londres, alors j’ai commencé à parier pour tuer le temps après l’entraînement.”

 

L’ennui est une excuse que Graeme Law a entendue à maintes reprises lorsqu’il a interviewé 34 joueurs professionnels actuels et anciens , y compris des stars internationales et des habitués de la Premier League ainsi que ceux qui se trouvent plus bas dans la pyramide du football dans le cadre de son doctorat à l’université de Chester. “Les joueurs choisissent de jouer pour se débarrasser de l’ennui lors des déplacements pour les matchs à l’extérieur et après les entraînements lors des tournées d’avant-saison”, dit-il.

 

Un joueur lui a dit qu’il trouvait le buzz du poker en ligne plus excitant que celui des matchs de football. Un autre a admis que le divertissement du tournoi de jeux vidéo de la FIFA qui se déroulait sur l’entraîneur de l’équipe, dans lequel des sommes importantes étaient mises sur chaque jeu virtuel, dépassait parfois le plaisir du concours réel.

 

Plusieurs joueurs ont déclaré que leurs performances avaient souffert après avoir perdu des milliers de livres sterling lors de séances de jeu dans le bus de l’équipe. De nombreux footballeurs ont également perdu d’importantes sommes d’argent en investissant dans l’immobilier. C’est le cas notamment de l’ancien joueur d’Aston Villa et du milieu de terrain anglais Lee Hendrie, qui a été déclaré en faillite en 2012. Mais il ne s’est pas contenté de claquer son argent aux yeux des bookmakers.

 

“Il est évident que les gens peuvent vous dépeindre comme un joueur – il a fait tout son argent – mais je ne me suis jamais mis dans cette situation où j’ai été un joueur”, a déclaré Hendrie dans une interview en 2015. “J’aime sortir et m’amuser un peu, ce que tout le monde fait, mais malheureusement, mes propriétés n’ont pas fonctionné et tout m’est tombé dessus. Le marché s’est effondré et je n’ai pas pu vendre ma maison”.

 

Hendrie a plus tard admis que ses difficultés liées à sa gestion de patrimoine l’avaient poussé à tenter par deux fois de s’ôter la vie. “Tout cela est devenu trop compliqué”, a-t-il dit.

 

La vie change rapidement pour les joueurs après la retraite et, étonnamment, 33 % des ex-professionnels divorcent dans les 12 mois qui suivent le raccrochage de leurs bottes. Une grande partie d’entre eux quittent leur mariage avec leur propre fortune gravement compromise. En 2004, un tribunal a décidé que Ray Parlour devait payer à son ex-femme, Karen, 495 000 euros par an, plus d’un tiers de son salaire annuel de 1,35 million d’euros à Arsenal et qu’il devait également fournir deux maisons sans hypothèque d’une valeur de 1,12 million d’euros et une somme forfaitaire de 280 000 euros.

 

Sam Hall, l’associé fondateur du cabinet d’avocats familial Hall and Brown, a récemment représenté le manager du Celtic, Brendan Rodgers, dans une procédure de divorce avec son ex-femme. Hall est l’homme vers lequel de nombreux footballeurs se tournent pour limiter les dégâts causés à leur patrimoine. Avec des règlements commençant à 50-50 entre mari et femme, avant de discuter de la pension alimentaire des enfants, sa tâche est de réduire ce partage à l’avantage du joueur autant que possible.

 

“Lorsque les juges voient un joueur gagner 112 000 euros par semaine, ils supposent qu’il aura un revenu élevé pendant toute sa carrière”, dit-il, “mais il a une durée de vie d’environ huit ans au sommet de ses gains. Cette durée peut être réduite par un mauvais plaquage, après quoi il ne peut plus gagner. Les gens normaux travaillent pendant 40 à 45 ans et ont la possibilité de reconstituer leur stock après un divorce. Les salaires des footballeurs s’effondrent lorsqu’ils cessent de jouer et très peu d’entre eux gagnent davantage d’argent au-delà de 30 ans”.

 

Gestion de patrimoine des footballeurs : Contraception professionnelle

 

En cas de divorce, les tribunaux peuvent ordonner aux footballeurs de transférer à leur épouse une foule d’actifs, notamment des biens dans le pays et à l’étranger, ainsi que des économies et des pensions. Ils peuvent même exiger la vente d’entreprises avec remise d’une partie ou même de la totalité des bénéfices ; tandis que les pensions alimentaires des enfants et de leur conjoint peuvent être fixées sur une période définitive ou, dans le pire des cas, sur le reste de la vie du joueur. M. Hall les exhorte à utiliser ce qu’il appelle une “contraception professionnelle” pour protéger leurs biens.

 

La location, plutôt que l’achat, de propriétés et le maintien d’une vie financière distincte grâce à des comptes bancaires à nom unique ne sont que deux moyens pour les acteurs de minimiser leur responsabilité financière. Toutefois, aucun de ces deux moyens n’offre une protection en béton dans les tribunaux de divorce et même les accords prénuptiaux bien qu’influents, peuvent parfois être annulés par un juge. “Non seulement nous avons la culture du divorce la plus lucrative du monde en Angleterre et au Pays de Galles, mais nous n’avons pas non plus de mécanisme pour nous en prémunir”, explique M. Hall.

 

La protection des épouses de footballeurs dans les tribunaux britanniques a alarmé de nombreux joueurs étrangers arrivant en Angleterre en provenance d’équipes européennes, car ils sont souvent habitués à un système qui protège leurs biens grâce à des contrats préétablis contraignants. Janvier est l’un des mois les plus chaotiques de Hall. Il répond régulièrement au téléphone aux représentants des joueurs étrangers, qui souhaitent rédiger des contrats prénuptiaux pour protéger leurs richesses avant de signer pour le nouveau club.

 

Un joueur a récemment plaidé auprès d’un juge pour que la pension alimentaire de ses enfants soit ramenée de 106 000 livres par an à seulement 73 livres par semaine après être tombé dans le désarroi financier. Sa plus grande erreur a été de nommer son ancien garçon d’honneur comme son agent, puis de lui confier la responsabilité de tous ses biens. Le choix du conseiller dans la gestion de patrimoine des footballeurs est essentiel “Les agents ont toujours besoin d’être réglementés, sinon les joueurs pourraient être exploités”, insiste Hall. Un acteur britannique de premier plan a risqué de tomber dans le même piège, après avoir engagé un représentant dont l’expérience antérieure consistait à être responsable d’une entreprise vendant des publicités sur des tapis de bière.

 

Louis Saha essaie de protéger les joueurs en leur évitant de faire confiance aux mauvaises personnes. En 2014, il a lancé Axis Stars, un réseau social qui permet aux footballeurs de discuter de leur style de vie, d’assurance, de finance, de sponsoring et d’autres questions liées à leur carrière avec d’autres professionnels, ainsi que de contacter des experts de confiance dans ces domaines. Ils peuvent également utiliser une plateforme de gestion des contrats, qui leur permet de consulter leurs documents financiers pertinents en un seul endroit. “Je veux m’assurer que les joueurs ne se fassent pas escroquer et ne perdent pas leur argent”, dit-il.

 

Cependant, l’entreprise du Français ne pourra pas faire grand-chose pour stopper l’iceberg financier qui menace des centaines de professionnels actuels et retraités.

 

Avant 2010, de nombreux footballeurs ont bénéficié des Employee Benefit Trusts. Les clubs y versaient de grosses sommes d’argent, qui étaient ensuite transférées à leurs joueurs sous forme de prêts non imposables pour compléter les salaires. Mais un changement de la loi prévoit que les personnes qui ont reçu les prêts mais ne les ont pas encore remboursés d’ici avril 2019 seront obligées de payer l’impôt sur le revenu sur les montants restants.

 

Cette décision affectera les joueurs qui ont contracté des emprunts depuis 1999 – ce qui signifie que ceux qui ont pris leur retraite depuis longtemps, ainsi que les professionnels actuels, pourraient se retrouver avec des factures fiscales énormes qu’ils ne peuvent pas se permettre de rembourser, ce qui entraînerait des faillites généralisées. “S’ils avaient reçu 2,24 millions d’euros, par exemple, ils devront payer 40 à 45 % de ce montant au fisc, qui n’acceptera que du liquide”, explique Andy Dodd, expert en fiscalité. “Si j’étais un footballeur qui avait reçu un des prêts et ne l’avait pas remboursé, je serais très, très inquiet”. Leurs directeurs de banque devraient l’être aussi.

 

Si vous souhaitez prendre part à ce métier passionnant qu’est la gestion de patrimoine des footballeur, une formation exigeante au métier de gestionnaire de patrimoine des footballeurs vous permettra d’acquérir cette expertise et de vous positionner dans l’univers du football professionnel.

 

Notre ingénierie pédagogique vous permettra de faire de votre passion votre métier.

 

Nous suivre:
Facebook
Twitter
YouTube
LinkedIn
Instagram